FR - DE - NL - EN

Portail de la Recherche et des Technologies en Wallonie :

Programme PROMETHEE (1)

Le projet PROMETHEE a été mené dans le cadre des actions RIS (Regional Innovation Strategy) co-financées par la Commission européenne au titre de l'article 10 du règlement FEDER - deuxième programme de coopération interrégionale et d'actions innovatrices dans le cadre des fonds structurels 1995-1999. Il a été déposé par la Région wallonne en réponse à l'appel à propositions publié au Journal Officiel des Communautés européennes n°C280 du 16 septembre 1997. Le projet a officiellement démarré le 15 septembre 1998, suite à la réception de la lettre d'octroi. Le budget global s'élèvait à 499 490 Euros dont 50 % financés par la Commission européenne et 50 % par le budget de la Région wallonne affecté à la recherche et aux technologies.

Objectifs

Prométhée visait à définir les actions prioritaires et les réformes à mettre en oeuvre pour stimuler la dynamique d'innovation en Wallonie et comportait trois chantiers dont les objectifs peuvent être définis comme suit :

Chantier 1: Mieux connaître le potentiel d'innovation de la Wallonie ;

Chantier 2: Favoriser les partenariats et les synergies par la mise en œuvre de grappes d'innovation

Chantier 3: Organiser un réseau d'offres de compétences adapté aux besoins des entreprises et un cadre porteur d'innovation. Il s'agissait dans ce cadre de mener une réflexion en profondeur sur trois thèmes :

  • l'organisation de la recherche et des structures d' appui qui ont pour mission de soutenir l'innovation dans la région (centres de recherche collectifs et assimilés, interfaces, …) ;
  • la valorisation des résultats de la recherche universitaire
  • l'accès au financement public et privé pour les projets à risque.

Le programme s'est reposé sur une large consultation de l'ensemble des acteurs concernés, qui devait permettre de déboucher sur une stratégie régionale de consensus.

Ainsi, le déroulement du chantier 1 s'est appuyé sur des groupes d' experts wallons issus d'horizons divers. Au total, une centaine de personnes ont été mobilisées dans ce cadre.

Par ailleurs, dès le démarrage du projet, trois groupes de travail ont été constitués autour des thèmes couverts par le chantier 3. Chacun de ces groupes réunissait une vingtaine de personnes provenant des milieux économiques, scientifiques, financiers, syndicaux et de l'Administration.

Parallèlement, un Comité de pilotage a été créé et a reçu pour missions de définir les grandes orientations du projet et d'en suivre le déroulement. Il rassemblait une quinzaine de représentants du monde de la recherche ainsi que du monde économique, social et financier.

Le projet a bénéficié en outre de l'éclairage apporté par quatre experts internationaux dont deux provenaient de régions ayant mené des expériences similaires (Mr Daniel MOERS du Nord Pas de Calais et le professeur Luc SOETE, du MERIT à Maastricht) et deux avaient participé à la mise en œuvre de politiques d'innovation intéressantes au Québec (le Sous-Ministre Jacques BRIND'AMOUR) et en Italie (M.Marco CAUSI, ancien Conseiller du Premier ministre de la République italienne).

Enfin, un Comité de gestion a assuré la coordination et la gestion quotidienne du projet. Il était composé de représentants du Gouvernement et d'agents de la DGTRE ainsi que d'experts wallons extérieurs à l'Administration.

Réalisations

Dans le cadre du chantier 1, une étude a été confiée à une équipe de consultants associant ECCE (France) et Lentic (Belgique). Elle visait à identifier les technologies-clé porteuses de développement au cours des 10 prochaines années et à faire émerger les principaux domaines de compétences de l'industrie wallonne. Elle s'est fortement inspiré de l'étude « Les 100 technologies-clés pour l'industrie française à l'horizon 2000 » réalisée en 1994 pour le Ministre de l'Industrie en France.

Quarante domaines technologiques clés ont été identifiés, qui sont importants pour la société wallonne et dans lesquels notre région possède des réels atouts. Pour chaque technologie retenue, une "fiche" a été établie, fournissant des indications sur son degré de développement, les secteurs d'application, les perspectives de marché et le positionnement scientifique et industriel wallon.

Cette analyse a été réalisée en termes de domaines technologiques et non en termes de secteurs. Le but était de cerner les compétences existantes dans une série de matières, celles-ci pouvant trouver des applications dans plusieurs secteurs. Néanmoins, l'analyse sectorielle reste un outil indispensable pour mettre en évidence les potentialités économiques présentes dans ces secteurs d'application. C'est pourquoi, en marge du projet PROMETHEE, la Région wallonne a demandé au Bureau fédéral du Plan de réaliser une étude visant à mettre en évidence, à partir des données économiques disponibles, les secteurs dans lesquels la région dispose d'un potentiel de croissance et de création d'emploi.

Ces deux études sont complémentaires, leur confrontation a permis d'identifier des secteurs stratégiques, appelant des actions prioritaires en matière de recherche et d'innovation, de la part de l'ensemble des acteurs concernés et en particulier des Pouvoirs publics.

L'une de ces actions consiste dans des expériences portant sur l'accompagnement de la formation de grappes d'innovation et ce dans le cadre du chantier 2. Un travail de recherche et de réflexion a été mené à propos du concept de grappes par l'équipe de gestion du projet, dans le but de documenter les acteurs intéressés par ce type d'approche. Un programme expérimental de grappage, portant sur 5 opérations pilotes, a été lancé dans le courant du premier semestre de l'an 2000 par la DGTRE.

Dans le cadre du chantier 3, les réflexions des groupes de travail, qui ont tenu une quinzaine de réunions chacun, ont mis en évidence les principales zones d'ombre dans le fonctionnement du dispositif d'appui à l'innovation et ont proposé des solutions aux problèmes soulevés.

Prométhée s'est clôturé à la fin de l'année 2000. Pour faire le point sur cette vaste opération, une conférence a été organisée le lundi 15 janvier 2001 au Palais des Congrès à Liège. Au cours de cette journée, l'équipe de gestion a présenté le rapport établi à l'issue de cette démarche. Celui-ci vise à définir un véritable plan d'action pour la recherche et l'innovation en Wallonie. Cette séance a également donné lieu à un large débat sur les enjeux et les orientations des stratégies futures des différents acteurs de la recherche et de l'innovation, poursuivant en cela l'approche participative qui a constitué un des fondements de ce programme.

Dernière mise à jour : 2006/03/29